Sotomayor / Powell
Exposition les arts éphémères du 17 mai au 10 juin 2010, maison blanche, Marseille
Une cloison intérieure extraite d’une maison individuelle ou d’un appartement d’habitation collective (comme un décor IKEA ou Conforama) reflète la standardisation actuelle héritée des mouvements modernes comme celui visible en arrière plan du parc de maison blanche.
La cloison fait 8,95m de long (record du monde réalisé par l’américain Mike Powell en 1991) sur 2,45m de haut (record du monde réalisé par le cubain Javier Sotomayor en 1993). Prenant avec humour le contrepied du Modulor, qui prônait une norme d’habitation calculée à partir du nombre d’or, (Sotomayor/Powell) instaure une nouvelle norme de construction basé sur les perfomances des records mondiaux.
La base performative des records mondiaux constitue ainsi les mesures
maximum de l’envol plutôt que le rayon d’action statique de l’homme moyen universel. Le référent n’est pas théorique et intangible mais expérimenté et évolutif.